La Méditerranée se déchaîne sur Cannes

On ne parle que de Cannes et ses environs en ce moment aux informations. Après le sommet du G20, ce ne sont plus les chefs d’État que la police protège mais les Cannois eux-même contre des coups de mer infernaux. Après de violentes inondations dans l’arrière pays, c’est désormais le bord de mer qui est submergé.

Les coups de mer ont frappé avec violence le boulevard du midi.

A l’abordage !

Quatre mètres, telle était la hauteur des vagues ce 8 novembre 2011. Une houle impressionnante, attisée par un vent soufflant à 90 km/h, et une météo bien défavorable ont été les causes majeures de ce qu’on peut dès à présent appeler une « tempête ». « Je n’ai jamais vu des vagues si impressionnantes », paroles d’un breton bien stupéfait.Pour les locaux, quelques souvenirs remontent. En mai 2010, des coups de mer identiques à ceux-ci avaient déjà frappé le littoral azuréen. La digue sous-marine au large, construite après le premier désastre, a sans doute limité la casse. La police, présente sur le bord de mer, a veillé tout au long de la journée et de la nuit (dans l’attente d’une accalmie) à la sécurité des curieux, venus s’approcher. « Je suis venue photographier cette météo sensationnelle car c’est la première fois que je vois ça ! », assure une Cannoise.

Jugez-en par vous même

Embouteillages à perte de vue

Tunnels immergés, signalisation hors-service, route ensablée, ainsi était le visage du boulevard du midi. Dans ces conditions, plus qu’une solution : la fermeture.

Le boulevard du midi a été submergé.

La circulation s’est alors rapidement intensifiée dans le centre de Cannes, durant une grande partie de la journée. « Nous avons préféré bloquer l’accès du bord de mer dès 8h30 ce matin car c’était trop dangereux », confie un policier en train de veiller à la circulation. L’avenue Francis Tonner a connu un trafic très dense, de quoi faire crier de nombreux usagers de la route.

La police municipale a interdit l’accès au bord de mer.

Quelques palmiers renversés, locaux inondés, voitures endommagées : le bilan matériel s’alourdit encore après l’épisode des pluies diluviennes. Sans oublier le nettoyage, qui prendra aussi du temps…

Publicités